Jean DjorkaeffCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
IN MEMORIAM

Equipe de France - les histoires les plus désolantes : 1970, le capitaine des Bleus est pris pour un étranger par un édile

Vous connaissez déjà tout des héros de la campagne de Suède en 1958, de Séville 1982, Guadalajara 1986, des triomphes de 1984, 1998, 2000 et 2018. Mais l'histoire de l'équipe de France, ça a longtemps été la lose incarnée, celle d'un mélange de manque de professionnalisme évident et de mauvais choix incroyables. En voici dix exemples parlants. Voici le quatrième.

Zapping But! Football Club Guardiola compare Haaland à Cruyff et Ibrahimovic

Dans l'épisode précédent, nous avons déjà eu un aperçu du fait que la France n'est pas un pays de football, quand bien même elle veut croire le contraire. En 1990, certains Tricolores avaient voulu manger au Fouquet's avant un rassemblement mais n'avaient pas été reconnus par le personnel de l'établissement. Des exemples comme celui-là, il y en a des dizaines, le plus fameux étant le président de la République, Jacques Chirac, incapable de citer le nom des Tricolores lorsque le speaker du Stade de France les égrène, juste avant la finale de la Coupe du monde 98 contre le Brésil...

Podcast Men's Up Life
 

Djorkaeff confondu avec le capitaine bulgare !

Mais l'exemple du jour est particulièrement honteux. Il remonte au 7 avril 1970. Ce jour-là, les joueurs de l'équipe de France et de la Bulgarie sont reçus à l'hôtel de ville de Rouen, où aura lieu le lendemain un match amical les opposant. Le maire de la cité normande, Jean Lecanuet, se lance dans un grand discours sur sa joie d'accueillir les Bleus, la fraternité entre les peuples et la grandeur de la culture bulgare... tout cela dit en regardant Jean Djorkaeff, qu'il prend pour le capitaine adverse à cause de ses traits kalmouks !

Mais non seulement le papa de Youri, futur champion du monde 98, est né en France et est donc bien français mais, en plus, il est le capitaine des Bleus ! Et surtout, il est à l'époque l'un des meilleurs joueurs du pays, un latéral droit formé à Lyon, cadre de l'OM qui va mettre un terme à la suprématie stéphanoise un an plus tard avant de filer au PSG naissant. "Tchouki" Djorkaeff a participé à la Coupe du monde 66 et son histoire comme son talent sont alors connus de tous dans le milieu du foot français. Mais visiblement pas dans le monde politique. Pour la petite histoire, malgré ce délit de faciès vraiment navrant, Djorkaeff a réussi un bon match le lendemain, même si la France a été accrochée par la Bulgarie (1-1)...

Pour résumer

Vous connaissez déjà tout des héros de la campagne de Suède en 1958, de Séville 1982, Guadalajara 1986, des triomphes de 1984, 1998, 2000 et 2018. Mais l'histoire de l'équipe de France, ça a longtemps été la lose incarnée, celle d'un mélange de manque de professionnalisme évident et de mauvais choix incroyables. En voici dix exemples parlants. Voici le quatrième.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.