ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « Il est impossible de critiquer Claude Puel »

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité des Verts. Focus sur la qualification de l’ASSE sur la pelouse du Paris FC (3-2) et l’épineux cas Kolodziejczak.

« Ce samedi, Saint-Etienne a renoué avec le succès en Coupe de France sur la pelouse du Paris FC (3-2). C’était important. Dans la manière, ce n’était pas si mal même si certains diront que ce n’était que le 19e de Ligue 2, que les Verts devaient battre cette équipe 5-0… En face, il y avait quand même René Girard sur le banc et Jérémy Menez ou Jonathan Pitroipa sur le terrain. Deux joueurs qui n’étaient pas non plus des novices au plus haut niveau. Bravo aux hommes de Claude Puel de ne pas être tombé dans le piège.

Bien sûr, tout n’a pas été parfait et l’ASSE a fait preuve de fébrilité, notamment défensive. Il va falloir retravailler dessus. Loïc Perrin fait ce qu’il peut et ce n’est pas la plus mauvais dans cette équipe actuellement. Il va vraiment falloir resserrer les vis. William Saliba va revenir, espérons qu’avec lui les Verts parviennent à gommer ce gros point faible. Samedi, les Verts se sont (encore) faits contrer deux fois mais, dans l’ensemble, ils ont quand même dominé le match. Dans l’envie, Saint-Etienne a retrouvé des couleurs. L’équipe s’est révoltée pour faire honneur au maillot.

« Quand les cadres répondent présents, il faut aussi savoir leur dire « merci » »

Mathieu Debuchy et d’autres ont montré l’exemple. On se plaignait d’un certain comportement des cadres, moi le premier. Certains reproches étaient légitimes mais, quand ils répondent présent, il faut aussi savoir leur dire « merci ». Au delà des critiques qu’on peut porter sur les Cabaye, Debuchy ou Khazri, Claude Puel sait qu’il peut compter sur eux. Certains balancent sur les kilos en trop de Khazri mais il est, là, opportuniste, pour marquer le but qu’il fallait marquer à un moment clé du match.

L’autre grande satisfaction de cette rencontre de Coupe contre le PFC, c’est le premier but en professionnel de Charles Abi. Un but qui était attendu. Comme Claude Puel l’a dit, il est encore jeune et perfectible. Moi, ce qui me plait le plus avec Abi, c’est qu’il est exemplaire dans son comportement. Il est à l’image de Saint-Etienne, il ne lâche rien. Même quand il rate, il s’accroche. C’est très positif.

« Kolo ? Si aujourd’hui Claue Puel estime qu’il n’a plus la mentalité… »

Pour finir, j’avais envie d’évoquer un peu le dossier Kolodziejczak. Samedi, le coach des Verts a été très franc sur la mise à l’écart de son défenseur. On ne peut pas se plaindre de la langue de bois des entraîneurs de Ligue 1 et critiquer Puel sur l’une des fois où il n’en fait pas. C’est aussi une façon de piquer le joueur. Personnellement, je pense que « Kolo » peut aussi remercier Claude Puel. C’est lui qui est allé le chercher de Lens à Lyon, qui l’a lancé à Nice… Il a grandement participé à sa carrière. S’il estime que le joueur ne répond plus présent dans la mentalité, il est en droit de le dire.

Aujourd’hui, dans tout ce qu’il fait à Saint-Etienne, il est impossible de critiquer Claude Puel. Depuis son arrivée, il fait avec les moyens du bord, avec les blessés… Si, en plus, il doit composer avec des joueurs qui ne répondent pas aux attentes, c’est dur. Timothée Kolodziejczak est un joueur que l’ASSE a absolument souhaité récupérer. Même si cela n’a jamais été un grand défenseur, c’était un joueur sur lequel Saint-Etienne pouvait compter. Si aujourd’hui Claude Puel estime qu’il n’a plus la mentalité pour s’imposer dans le onze de départ, c’est vraiment qu’il ne l’a pas… »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008