PSG - Mercato : Neymar en contacts avancés avec un candidat à la présidence du FC Barcelone mais…
NeymarCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
CONDITIONS

PSG - Mercato : Neymar en contacts avancés avec un candidat à la présidence du FC Barcelone mais…

Candidat à la présidence du FC Barcelone, Jordi Farré est en négocations avancées avec Neymar pour un retour de l'attaquant du PSG en Catalogne. Mais cela ne se ferait qu'à deux conditions très importantes…

Zapping But! Football Club PSG : top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire

Depuis que Neymar a fait son annonce tonitruante concernant sa volonté de rejouer avec Lionel Messi la saison prochaine, la France pense que ça se fera du côté du PSG, l'Espagne au FC Barcelone. Seulement, le week-end dernier, L'Equipe a annoncé que le club de la capitale allait clôturer la saison avec un déficit de 200 M€, si bien que même en vendant Kylian Mbappé au Real Madrid cet été, il aurait bien du mal à financer la venue de l'Argentin qui, pour rappel, gagne 80 M€ à l'année… Si le duo Neymar-Messi doit se reformer, ce sera donc plutôt du côté de Barcelone. Et un candidat à la présidence y travaille activement.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

Plaintes retirées, excuses en bonne et due forme

Ce candidat, c'est Jordi Farré. Autant, habituellement, les aspirants à la présidence d'un club espagnol ne dévoilent leur jeu qu'au dernier moment, autant lui s'est montré clair dès le départ : il veut faire revenir afin de convaincre Lionel Messi de rester et reconnaît être en négociations avec son entourage. Mais il y a un mais…

Farré a posé deux conditions à un comeback du Brésilien en Catalogne : "Neymar sera le bienvenu mais avant, il doit retirer ses plaintes contre le club et demander pardon, sans s'humilier pour autant…". Deux conditions qui sont autant de balles dans le pied car l'attaquant n'est pas du genre à faire amende honorable ni à faire une croix sur quelques millions d'euros. Jordi Farré va peut-être devoir faire quelques concessions sur ses exigences s'il veut vraiment être élu le 24 janvier…