FC Nantes : le décès d’Emiliano Sala trop lourd à porter pour les Canaris ? 

FC Nantes - Décès d'Emiliano Sala : deux individus encourent la prison

Frustré par la défaite du FC Nantes devant le Nîmes Olympique dimanche à la Beaujoire (2-4), Valentin Rongier pense aussi que les événements autour d’Emiliano Sala n’aident pas. 

Le trou noir. Si fringant face au Nîmes Olympique au terme d’une première période très aboutie et ponctuée de deux buts de Kalifa Coulibaly et Majeed Waris, le FC Nantes a totalement sombré après le repos, encaissant pas moins de quatre buts sur cette seule deuxième mi-temps.

Un écroulement qui a fait dire à Vahid Halilhodzic après la rencontre qu’il n’avait jamais assisté à cela de toute sa vie d’entraîneur. L’affirmation fait mal aux Canaris, déjà affectés par tous les événements liés de près ou de loin par la tragique disparition d’Emiliano Sala.

« Ce n’est pas une excuse, coupe Valentin Rongier dans le quotidien gratuit 20 Minutes. On s’est rendu le match facile en première mi-temps en menant 2-0… C’est comme une faute professionnelle. En deuxième mi-temps, on s’est pris pour d’autres et on a arrêté de courir. On a fait moins d’efforts. On a pris des vagues en contre-attaque. On se dit qu’il faut être concentré dans les 15 premières minutes et on encaisse un but dès le retour des vestiaires. Forcément, ça fait mal et tu joues avec les chocottes. »

S’il ne veut pas l’admettre dans un premier temps, le capitaine du FC Nantes sait aussi que la situation autour de Sala travaille inconsciemment ses coéquipiers jusqu’à leur propre domicile. « Dès qu’on rentre chez nous après les matches, on y repense forcément. On sent que ça pèse quand on arrive au stade. Ça va prendre beaucoup de temps pour avancer », admet-il dans les colonnes de L’Équipe. Preuve que la période de deuil de Sala ne fait peut-être que commencer, au FC Nantes ou ailleurs.

JP