FC Nantes : les confidences accablantes de Sala sur Kita avant son décès

FC Nantes : les confidences accablantes de Sala sur Kita avant son décès

Avant son tragique décès en mer le 21 janvier, l’attaquant du FC Nantes Emiliano Sala n’appréciait pas les relations qu’il avait pu tisser avec son président Waldemar Kita.

Le décès d’Emiliano Sala le 21 janvier restera un moment fort de la saison. Et bien au-delà. L’ancien attaquant du FC Nantes, disparu suite à un crash aérien, devait rejoindre pour Cardiff, un club où il avait signé quelques jours auparavant un peu contre son gré.

« Ce n’est pas vrai de dire qu’il ne voulait pas partir de Nantes, raconte dans L’Équipe Marcelo Vada, père de Valentin, et intime du joueur. Il voulait partir à cause du manque de reconnaissance. Mais, en revanche, il attendait une offre d’un club plus reconnu que Cardiff. »

Ce même Sala avait beaucoup de mal avec Waldemar Kita, qu’il estimait injuste dans le traitement financier et humain qui lui accordait. L’attaquant argentin ne le cachait d’ailleurs pas en privé dans un message vocal à destination d’un de ses proches qui a donné le feu vert à L’Équipe pour sa diffusion.

« Hier soir, j’ai envoyé un message à Meïssa, il m’a appelé quelques heures plus tard. On a discuté et il m’a raconté qu’il avait parlé à Franck Kita, témoignait-il ainsi en janvier dans ce fameux message. Eux (les dirigeants nantais) veulent me vendre. Il y a l’offre de Cardiff. Ils ont négocié pour gagner beaucoup d’argent. Donc ils veulent absolument que je parte là-bas. C’est vrai que c’est un bon contrat mais sportivement ce n’est pas intéressant pour moi. Voilà, ils essaient par tous les moyens que j’aille là-bas. Moi, je n’ai pas peur d’y aller, parce que j’ai bataillé toute ma carrière. Mais je me dis aussi que Meïssa doit me trouver quelque chose de mieux d’ici à la fin du mercato… Moi, j’en ai marre de ça. Je ne veux pas parler avec Kita, je n’ai pas envie de m’énerver, c’est une personne qui me dégoûte quand elle est en face de moi. Lui, aujourd’hui, il veut me vendre à Cardiff car il va rentrer l’argent qu’il veut. Il ne m’a même pas demandé (mon avis), il ne s’intéresse qu’à l’argent. Voilà, aujourd’hui, on est comme ça, tout un bor***. Je ne sais pas quoi faire… »

JP