Arsenal – Stade Rennais : Julien Stéphan dénonce des « bizarreries »

En conférence de presse, Julien Stéphan s’est étonné qu’Alexandre Lacazette puisse participer au match retour de Ligue Europa demain, alors qu’il devait être suspendu… Morceaux choisis de son intervention.

Sur le cas Lacazette

« Il y a un timing qui est surprenant. On n’avait pas imaginé ça jusqu’à hier soir à 17h45, quand c’est tombé. Les instances ont décidé de réduire sa suspension, tant mieux pour lui. Mais on n’avait pas du tout connaissance de l’appel. Je crois que le carton rouge a été donné voilà trois semaines-un mois (ndlr : le 14 février), la sanction voilà 15 jours-trois semaines, et là, ça tombe 48 heures avant le début du match… C’est comme ça, on le subit et on va s’organiser en conséquence. Ils ont dû estimer que le coup de coude ne valait que deux matches de suspension. Il y avait eu une première bizarrerie avec l’inversion des matches, c’est une deuxième petite bizarrerie qui arrive. On est convaincus qu’il n’y en aura pas une troisième demain sur le terrain, car on aura un arbitre expérimenté (le Letton Andris Treimanis) et solide, et qui prendra les bonnes décisions, donc ce sera le principal. »

Sur la stratégie à adopter après le 3-1 de l’aller

«On vient avec l’objectif et l’ambition de marquer au moins un but, car si on se contente de défendre, on va rencontrer de grandes difficultés. Donc, on ne va pas penser directement au résultat, on va chercher à jouer avec nos qualités et nos forces, en essayant de poser des problèmes à cette équipe d’Arsenal. Al’Emirates, ils sont redoutables et ils mettent beaucoup d’intensité, mais on vient de manière conquérante et ambitieuse. On sait qu’Arsenal a l’habitude de faire de grosses entames chez lui depuis début 2019, et marque très régulièrement dans les 20 premières minutes. On va essayer déjà de contrecarrer leur début de match, pour nous mettre dans les meilleures conditions possibles. »

Qui est favori ?

« Je suis convaincu qu’ils seront plus forts qu’à l’aller. Ils restent favoris sur le papier, par leur histoire, leur expérience et leur effectif, mais on ne veut pas avoir de regrets. On ne veut pas vivre la même soirée que l’Atlético à Turin. »

Laurent HESS