FC Nantes : Sergio Conceiçao, autopsie d’une colère… bien étudiée ?

La veille du déplacement à Caen (2-0), Sergio Conceiçao, l’entraîneur du FC Nantes, s’est violemment asticoté avec la presse pour un motif pour le moins futile. Et si le Portugais préparait en fait sa sortie ?

Sur treize questions posées à Rémy Riou, douze concernaient son statut de remplaçant et une son avenir au club. Aucune n’a porté sur le prochain match des Canaris à Caen. De ce comptage méticuleux, Sergio Conceiçao, l’entraîneur du FC Nantes, en a établi une vérité, la sienne : le déplacement du FC Nantes en Normandie n’intéresse pas les journalistes, alors à quoi bon lui-même perdrait-il son temps à en parler ? Sur ce constat, l’entraîneur a donc tourné les talons et boudé le traditionnel point presse d’avant-match, envoyant avec une élégance rare le jeune Maxime Dupé se dépatouiller face aux micros et caméras !

Son comportement, il l’a ensuite justifié par une formule postée sur son compte twitter : « 100% pour la liberté de la presse, 100% pour ma liberté de ne pas répondre aussi« . Si Conceiçao a en effet parfaitement le droit de ne « pas répondre » aux questions qui lui paraîtraient déplacées (il est vrai que demander comment son équipe allait s’organiser à Caen sans son buteur du moment, Nakoulma -suspendu-, est d’une violence extrême), en quoi cela a-t-il à voir avec cette « liberté de la presse » qu’il prétend défendre haut et fort ? En réalité, c’est en représailles que Conceiçao a refusé de répondre, reprochant à la presse d’avoir justement usé de sa fameuse « liberté » pour interroger Riou sur sa… situation !

Conceiçao valide lui-même l’identité des joueurs autorisés à parler aux médias

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les journalistes ont en effet jugé secondaire l’avis de l’ancien capitaine sur le déplacement de ses partenaires à Caen, préférant s’attarder sur son ressenti d’être abonné au banc de touche depuis la 24e journée, sa dernière apparition remontant au 1er mars. Légitime ? Pas pour Conceiçao, qui valide lui-même l’identité des joueurs autorisés à s’exprimer face aux médias (ce ne sont pas les joueurs qui viennent de leur plein gré ou à la demande des journalistes, ça c’était avant !). Au regard du technicien, il aurait plutôt fallu que le gardien des Jaune et Vert n’évoque que le match qu’il n’allait de toute façon pas disputer…

Qu’on ne s’y méprenne pas. Ce mouvement d’humeur du technicien n’est en fait qu’un nouvel épisode dans le rapport de force qu’il a lui-même entamé avec la presse dés son arrivée (séances à huis-clos alors qu’il s’était engagé à « ouvrir » la Jonelière d’avantage, demandes d’entretien refusés,…). C’est sa façon à lui, clame-t-il, de « protéger le groupe » et c’est aussi la posture du moment, et ce dans tous les domaines : les journalistes sont de dangereux déstabilisateurs. Riou qui confie sa déception, c’est l’équipe qui court au casse-pipe ! Et voilà une excuse toute trouvée pour une éventuelle défaite à Caen. Finalement, le succès à d’Ornano (2-0) a ruiné cette équation mais ce n’est que partie remise ! Plus clairement, cela a posé les bases d’une future justification.

Laquelle ? Le maintien du technicien sur le banc, la grande énigme de cette fin de saison ! Le Standard de Liège, la Fiorentina ou encore la Lazio de Rome lui font les yeux doux ? L’idée est tentante (d’autant que, selon la presse belge, l’intéressé dispose d’une clause dans son contrat lui permettant de partir librement en fin de saison en cas d’offre intéressante) mais, problème : le Portugais a déjà manifesté publiquement son attachement à Nantes. Du coup, comment quitter la Beaujoire sans donner l’impression de trahir les supporters auprès de qui sa cote de popularité a atteint le firmament ? « Impossible de travailler dans la sérénité ici« , pourra alors répliquer le boss du vestiaire. La preuve ? L’équipe, qui a déjà bondi des abysses du classement au top 10 (un exploit quand on se remémore le début de saison), a échoué aux portes de l’Europe… Autre hypothèse : l’ancien milieu de terrain (42 ans) peut sortir le même argument pour obtenir une sérieuse revalorisation sur les bords de l’Erdre.

On dit merci qui ?

A Nantes, Charles Guyard.

TÉLÉCHARGEZ VOTRE APPLICATION 100% FC NANTES.

La version IOS (iPhone) est disponible sur l’App Store

Conceiçao sur le départ? par butfootballclubtv

La version Android (Samsung) est disponible sur Google Play