OM – L’oeil de Denis Balbir : « Villas-Boas, une simple saute d’humeur »

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité des clubs de Ligue 1. Retour sur la sortie médiatique d’André Villas-Boas, qui a mis le feu à l’OM la semaine passée.

« La semaine de l’OM a été marquée par la sortie médiatique d’André Villas-Boas. Le Portugais a mis le feu en coulisses après l’arrivée d’un nouveau dirigeant , Paul Aldridge, nommé sans qu’il en soit informé afin de favoriser les départs de joueurs marseillais vers la Premier League. A titre personnel, je n’ai pas trop compris la démarche du président Jacques-Henri Eyraud. On le sait : les finances du club sont mauvaises et le spectre du fair-play financier plane sur le club. Maintenant, je ne vois pas trop qui va permettre à l’Olympique de Marseille de toucher le jackpot sur le marché anglais. Les clubs britanniques ont de l’argent mais je ne les vois pas sortir des chèques de 30 à 40 M€ sur des Olympiens.

Quoi qu’il en soit cette polémique n’a pas impacté l’OM sur le plan sportif puisque les Phocéens ont fait le boulot pour se qualifier face à Granville (3-0). Avant le match, l’entraîneur et la direction avaient désamorcé la bombe. Au sein du vestiaire, cet épisode n’a pas non plus été vécu comme un psychodrame. Personne n’a été surpris de voir André Villas-Boas lier son avenir à Andoni Zubizarreta. J’interprète cette sortie comme un mouvement d’humeur du Portugais, ps comme quelque chose qui laissera une cicactrice au club et fragilisera les joueurs.

« On est très loin du clash Labrune – Bielsa »

Certains observateurs ont déjà fait le parallèle avec l’époque Labrune – Bielsa. A mon sens, on est quand même très loin de ce type de clash. Jacques-Henri Eyraud est plus fin que Vincent Labrune. André Villas-Boas est aussi plus calme et diplomate que Marcelo Bielsa. Forcément, cela donne des échanges moins tendus. C’est un épisode dans la saison de l’OM et, pour moi, le feu est déjà en train de s’éteindre. Je comprends que l’entraîneur soit intéressé par les résultats immédiats. Je comprends (et l’entraîneur aussi) qu’il faille assainir les finances du club.

Qualifier l’OM en Ligue des Champions, c’est bien. Etre en mesure de bien y figurer, c’est mieux. Pour ça, il faut une équipe de l’OM qui tienne la route. Pour l’instant, c’est le cas au niveau national, pas au niveau international. Comment se doter de joueurs de standing supérieurs sans argent pour recruter ? C’est bel et bien la question que doit se poser Marseille à l’avenir. Pas de savoir si André Villas-Boas va jeter l’éponge. Il a un contrat. On ne peut pas clamer son amour à l’OM comme il l’a fait et partir après une saison. Ce serait se renier un peu. A moins qu’André Villas-Boas soit sollicité en coulisses par un autre club… »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008