Real Madrid : quelle tête doit tomber après la boulette en Coupe du Roi ?

En alignant Denis Cheryshev alors qu’il était suspendu, le Real Madrid a quasiment signé son élimination sur tapis vert en Coupe du Roi. A qui la faute de cette incroyable bourde ? Dans les diverses émissions sur le sujet, les spécialistes ibériques ont débattu. Sortant du lot trois coupables potentiels. Décryptage.

Le coach : Rafael Benitez

En ce moment, c’est la cible la plus évidente au Real Madrid. Cible rendue encore plus facile à atteindre du fait que ce n’était pas la première fois qu’une de ses équipes était sanctionnée. Pour Josep Pedrerol, journaliste dans l’émission El Chiringuito de Jugones, il fait clairement partie des deux fautifs : « Benitez devrait démissionner parce qu’il a déjà perdu un premier titre cette saison », lance l’intéressé. Eminent spécialiste merengue et amoureux du club, Tomas Roncero a surenchéri, s’étonnant de la mauvaise communication du technicien qui nuit à l’image du club : « J’ai trouvé la conférence de presse de Benitez très étonnante. Pourquoi il va parler de bon jeu plutôt que de l’affaire Cheryshev ? Ce genre de trucs, ça ne peut pas nous arriver à nous. On est un club puissant. Il ne peut pas se passer ces choses-là chez nous. Vous pouvez perdre ou gagner mais il ne doit pas arriver des choses de ce type. Les supporters madrilènes sont énervés, vous ne pouvez pas donner cette image-là. Vous donnez des armes à nos ennemis. » Sur Radio Marca, quelques voix se sont cependant élevées pour défendre Benitez. C’est notamment le cas du journaliste Julio César Iglesias : « Pour moi, c’est une question administrative. L’entraîneur ne peut pas être inquiété pour cela. »

Le joueur : Denis Cheryshev

Le jeune Russe s’est défendu un peu comme il a pu mercredi soir face aux micros, assurant qu’il ne savait pas qu’il était suspendu et que Villarreal, son club précédent, ne l’en avait pas informé. S’il a défendu Rafael Benitez, Julio César Iglesias s’en est pris à Cheryshev : « Pour moi, il s’agit de la seule personne à savoir qu’il avait reçu un double avertissement, à savoir ce que ça signifiait. Dans ce cas, le club n’a pas d’autres choix que de constater les dégâts et les réparer comme il le peut en sortant le joueur en cours de match. » Egalement sur Radio Marca, Santi Segurola est du même avis : « Cheryshev devrait savoir qu’il n’était pas en mesure de jouer, qu’il était le protagoniste d’une action qui a conduit à cette décision. Maintenant le Real Madrid est une structure solide qui ne peut pas se laisser dépasser par ces négligences aux conséquences terribles. » Une version que son confrère Navarro Montoya corrobore : « Le joueur et l’entraîneur font ce qu’ils ont à faire et il y a d’autres personnes responsables dans le secteur sportifs. Cette accumulation de cartons date d’il y a longtemps… Ce sont des préoccupations qui vont au-delà du footballeur. »

Le délégué : Chendo

Si l’entraîneur et le joueur ne peuvent pas porter seuls la responsabilité de ce fiasco, qui doit porter le chapeau ? Pour certains, la réponse est Chendo, cette ancienne gloire du club reconverti délégué du Real Madrid. Pour Josep Pedrerol, sur El Chiringuito, l’ancien membre de la quinta del Buitre doit payer : « Le supporter du Real Madrid pense désormais que son club a gaffé et il attend que les responsabilités soient établies. Par respect pour les fans, Chendo devrait démissionner », estime-t-il, partageant cette erreur avec Benitez, l’autre « tête à couper ». Egalement présent dans l’émission de la nuit sur Neox, Nacho Peña a le mot de la fin qu’on trouve plutôt juste : « Je ne sais pas si vous pouvez demander la tête de Chendo ou de Benitez ou de quelqu’un. Je ne sais pas si la solution est de punir quelqu’un. Ce qui est clair est que nous devons trouver une solution. »

Supporters, donnez votre avis. Pour vous, qui est le coupable de ce fiasco ?