Girondins : les dessous du coup de sang de Gasset face à Nîmes
Jean-Louis GassetCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
MESSAGE

Girondins : les dessous du coup de sang de Gasset face à Nîmes

L'entraîneur des Girondins de Bordeaux, Jean-Louis Gasset, a tenu à envoyer un message fort à ses joueurs, qu'il accuse de démarrer les matches de façon trop endormie. Un spécialiste du FCGB en dévoile les dessous.

On joue la 35e minute de Bordeaux-Nîmes (2-0) dimanche dernier quand Jean-Louis Gasset prend la décision de sortir Nicolas De Préville et Otavio. Pourtant, aucun des deux joueurs ne semble touché. En réalité, l'entraîneur des Girondins a voulu provoquer un électrochoc sur son équipe que le journaliste de France Bleu Clément Carpentier a détaillé.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DES GIRONDINS DE BORDEAUX

"Il n'en peut plus des entames catastrophiques"

“Pour une fois, les actes ont précédé les paroles. Il faut dire que Gasset en avait simplement ras-le-bol après 35 minutes catastrophiques de son équipe. Au lieu de se mettre à crier comme un putois depuis son banc de touche, il a pris une décision encore plus radicale, il a sorti deux joueurs du terrain avant la mi-temps. C’est une décision extrêmement rare. Otavio et De Préville en grande difficulté ont été remplacés par Adli et Oudin. Le match a ensuite complètement changé de physionomie. La victoire n’a pas pour autant calmé Jean-Louis Gasset donc il en a remis une couche après le match avec ses mots à lui."

"Il n’en peut plus des entames catastrophiques de ses joueurs et il ne veut plus d’une équipe qui joue 60 minutes au lieu de 90. Il la trouve tétanisée, crispée, timide et dans un stade vide comme dimanche, c’est une horreur pour lui. Contre d’autres équipes, ça pourrait être plus compliqué. On l’a vu face à Marseille il y a 10 jours avec un but au bout de 4 minutes de jeu, un pénalty concédé après 10. Bordeaux ne va affronter que des gros sur ces prochaines semaines, Monaco, Montpellier, Rennes et surtout Paris. Autant dire que cela risque de se payer cash si les Girondins arrivent en pyjama avec l’oreiller sous le coude. Il faudra plutôt mettre le bleu de travail et dès la première minute.”