ASSE : Ligue Europa, pourquoi les Verts peuvent y croire

false

Relancés par leur large victoire à Caen (5-0), les Verts ont repris leur 5e place au classement. A neuf journées de la fin de la saison, l’Europe reste carrément jouable.

« On a fait notre plus mauvais match de la saison. On a pris une leçon de football » : Fayçal Fajr, le capitaine caennais, était groggy après la gifle de samedi dernier. Les Normands sont la nouvelle lanterne rouge de la L1 et au vu de leur prestation, ils foncent tout droit vers la L2. De leur côté, les Verts ont superbement réagi après une vilaine série de trois défaites en quatre matches. Comme l’a dit Valentin Vada à sa sortie des vestiaires, ils se sont rendu le match facile, en ouvrant le score dès la 4e minute, puis en faisant le break dès la 20e. A 3-0 à la mi-temps, la messe était dite, et les buts de Vada et de Lamine Ghezali ont un peu plus corsé l’addition pour des Caennais en perdition.

Les cadres vont revenir

Vada, Ghezali, mais aussi Arnaud Nordin : les jeunes se sont invités à la fête à D’Ornano. Ils ont montré que l’équipe avait un vrai banc, un vrai groupe, comme l’a relevé Yann M’Vila, au moment où le besoin s’en faisait vraiment sentir en l’absence de plusieurs joueurs majeurs. Si Wahbi Khazri, en délicatesse avec son tendon d’Achille, sera encore suspendu contre Nîmes, lors de la prochaine journée, les deux semaines de trêve internationale devraient permettre à Jean-Louis Gasset de réintégrer Loïc Perrin et Loïs Diony, tous deux touchés au mollet, ainsi que Mathieu Debuchy, suspendu à Caen. Avec l’apport des jeunes, la confirmation de William Saliba, le regain de forme de Romain Hamouma, celui de Rémy Cabella, la victoire à Caen a permis à l’ASSE de se refaire une santé. Et l’embellie est vraiment appréciable après deux mois où l’équipe a avancé à un rythme de relégable ou presque.

L’adversaire n°1 de l’ASSE pour la 5e place, c’est elle

Désormais, le calendrier d’ici la fin de la saison laisse de réels espoirs de qualification européenne. La 4e place, propriété de l’OM, n’est qu’à un point, mais tout le monde se satisferait de la 5e, chez les Verts, et celle-ci parait accessible. D’autres équipes peuvent y prétendre, que ce soit Nice, Montpellier, Reims ou Rennes, qui compte un match de retard, et les Bretons sont sans douter les mieux équipés pour venir se mêler à la lutte. Mais l’ASSE a un peu d’avance. Elle a les cartes en main. Gasset l’a fait remarquer : lors des matches allers, les Verts n’avaient perdu qu’un match contre leurs dix derniers adversaires de la saison. C’était à Bordeaux (2-3), et tout le monde se souvient du scénario… En faisant preuve de la même envie qu’à Caen, de la même solidité, de la même efficacité, même si l’opposition sera forcément supérieure, cette ASSE version 2018-19 peut se donner les moyens de ramener l’Europe au peuple vert. Sa saison ne sera réussie que si elle y parvient.

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000