OM – Nîmes (1-2) : Villas-Boas emboîte le pas d'Alvaro et promet un recadrage au vestiaire
André Villas-BoasCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
DECEPTION

OM – Nîmes (1-2) : Villas-Boas emboîte le pas d'Alvaro et promet un recadrage au vestiaire

André Villas-Boas, l'entraîneur de l'OM, n'était évidemment pas du tout satisfait après le revers face à Nîmes ce samedi (1-2).

Dans une version plus soft que le coup de gueule retentissant d'Alvaro, André Villas-Boas est revenu sur le revers de l'OM contre Nîmes (1-2). Le coach marseillais n'a pas caché sa déception face à une prestation ratée de ses hommes. « D'abord, je voudrais dire pardon aux supporteurs. C'est une défaite très lourde, une série de points perdus, ça fait déjà beaucoup. On risque de perdre le train des équipes du haut du classement et qui sont plus régulières que nous. Les deux matches en retard ne sont pas une solution à tout ce qui se passe ici. On a été mauvais, avec un mauvais état d'esprit. Je ne suis pas content de ce manque d'envie. On peut faire beaucoup mieux, je ne reconnais pas cette équipe. »

Alors qu'une semaine à deux matchs face à Lens puis Monaco se dessine, AVB a déjà prévenu son vestiaire. Certaines choses vont être remises à plat. « Normalement, on doit gagner ce match, même avec cet état d'esprit. On a été très mauvais et on paie un prix très cher. On a déjà parlé un peu et demain (dimanche) on se reparle. Les prochains jours sont importants avant Lens (mercredi). On doit parler. Il y a beaucoup d'erreurs tactiques mais c'est surtout sur l'envie. On doit faire beaucoup mieux que ça. On ne peut pas passer d'un bon match à Paris à un match misérable comme aujourd'hui. »

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DE L'OM

Villas-Boas pointe l'influence du Mercato

Enfin, le coach marseillais a rapidement évoqué le Mercato, pointant surtout l'incidence globale des changements évoqués ou opérés sur le comportement de son équipe. « Il y a des fins de contrat, des joueurs qui arrivent, d'autres qui partent. C'est peut-être ça dont on paie le prix. Il ne suffit pas de parler d'envie pour que tout revienne à la normale. On est un peu inquiet pour la suite », n'a pas caché AVB.