Stade Rennais – Mercato : Rennes a bien vengé le FC Nantes avec Slimani
Islam SlimaniCredit Photo - Icon Sport
par La rédaction
TRANSFERTS

Stade Rennais – Mercato : Rennes a bien vengé le FC Nantes avec Slimani

Le Stade Rennais, dans sa quête d'un avant-centre, a bien été tout proche de conclure l'arrivée d'Islam Slimani. Mais le cas Guirassy a tout changé.

Parmi les grands agitateurs du Mercato en Ligue 1, le Stade Rennais se montre ambitieux dans son Mercato. En attendant de remplacer Edouard Mendy en partance pour Chelsea, le club breton a accueilli Aguerd, Terrier et ensuite Sehrou Guirassy.

Le buteur arrivé d'Amiens s'est parfaitement acclimaté dans son nouveau club qu'il souhaitait particulièrement rejoindre. D'ailleurs, France Football raconte ce lundi comment son transfert a coûté cher à Islam Slimani. Car le buteur algérien, indésirable du côté de Leicester, a bien cru signer à Rennes jusqu'au dernier moment.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

La volte-face d'Amiens a tout changé

Le site de l'hebdomadaire raconte que les discussions au sujet du transfert étaient déjà bien entamées avec Slimani, sur la base d'un montant entre 5 et 7 millions d'euros. Idem pour le salaire où un contrat de trois ans était bien engagé. Slimani avait même eu l'occasion de discuter avec le coach Julien Stéphan.

Mais c'est au final un coup de fil d'Amiens qui a fait la différence. Le club picard, face à la volonté de Guirassy de signer à Rennes et nulle part ailleurs, a craint de perdre la possibilité de réaliser une vente juteuse. Si le Stade Rennais proposait 15 millions alors qu'Amiens en demandait 20, le club relégué a donc fini par accepter la dernière proposition rennaise. Le club breton a donc choisi entre Guirassy et Slimani.

L'arroseur arrosé

La conclusion du dossier Slimani fait en tout cas sourire du côté... du FC Nantes. En effet, tout le monde ne s'en rappelle pas mais, alors qu'il n'était encore qu'un prospect de D1 algérienne à l'été 2013, Slimani avait planté les Canaris. S'il était venu en France pour négocier son départ du CR Bélouizdad, le buteur des Fennecs et son agent avaient finalement snobé le clan Kita à Paris avant de s'envoler pour le Sporting Lisbonne où on lui offrait des meilleures conditions salariales. C'est ce qu'on appelle le karma.