Pour l'instant, la connexion Wadji - Krasso n'est pas flagrante...Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

ASSE – L'oeil de Denis Balbir : «  A Krasso et Wadji de trouver la solution ensemble »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité des Verts. Cette semaine, on revient sur l'élimination en Coupe de France et le match décisif à Metz avec le retour attendu de Jean-Philippe Krasso.

Zapping But! Football Club Top 10 : les footballeurs les plus suivis sur les réseaux sociaux

« Samedi, l'AS Saint-Etienne est sortie dès le premier tour de la Coupe de France face à Rodez (0-0, 3-4 aux tab). Cela reste très dommageable même si j'avais dit que la Coupe n'était pas la priorité de la saison. De là à sortir une prestation aussi quelconque avec à la clé une élimination aux tirs au but face à un concurrent direct au maintien … C'est une contre-performance notoire. Dans le résultat et la manière, le travail effectué par Saint-Etienne ne paie pas. Dans cette équipe, il ne se dégage pas de joueurs cadres. Sans ça, c'est compliqué de tirer les autres vers le haut.

« Krasso, ce serait une erreur de lui faire supporter la pression du club »

Cette nouvelle gifle, qui fait suite à la victoire d'Amiens (1-0), met en exergue l'irrégularité de cette équipe stéphanoise. Le match de Metz lundi prochain va être encore plus déterminant. Dans ce choc entre relégués de Ligue 1 - tous deux loin de leurs objectifs de début de saison - ce sera l'occasion pour l'un des deux de sortir un peu du brouillard. Le retour de Jean-Philippe Krasso est attendu du côté des Verts. Il sera important mais on ne doit pas non plus l'attendre comme le Messie. S'il n'est pas aidé, il ne fera pas de miracles. Avant sa suspension, il avait déjà un peu perdu en adresse par rapport à son début de saison. A mon sens, ce serait une erreur de lui faire supporter la pression d'un club qui attend de lui monts et merveilles.

Oui, sur les derniers matchs, l'absence de Jean-Philippe Krasso a été remarquée. L'ASSE était beaucoup moins dangereuse sans lui. Cette saison, l'Ivoirien est quand même une belle découverte. En début de saison, on l'a un peu gardé par défaut. Parce qu'il était là et sortait d'une bonne saison en Ligue 2. Aujourd'hui, ce n'est pas qu'un joueur de plus au niveau numérique. Il a apporté beaucoup de confiance à l'équipe par ses buts, par son quadruplé contre Bastia. Sa présence est une vraie plus-value aux Verts même si son association avec Ibrahima Wadji reste encore à parfaire.

« J'ai envie de croire en cette association Krasso – Wadji »

Même si le duo ne fait pas encore des étincelles, j'ai envie de croire en cette association Krasso – Wadji. C'est toujours le problème de mettre deux profils qui paraissent complémentaires mais ne sont pas non plus fondamentalement différents : il faut un temps adaptation. En début de saison, Jean-Philippe Krasso était bien dans son rôle de seul finisseur. Forcément, le sortir de ce rôle et lui demander d'être en lien avec un autre partenaire devant, ça peut mettre du temps. Le problème, c'est que Krasso n'a pas eu ce temps-là.

Malgré tout, je reste persuadé que d'avoir deux attaquants de ce calibre, ça va fonctionner. Même si, sur les trois derniers matchs, Krasso était suspendu, je pense que l'association a été travaillée avec Wadji et qu'on verra une complicité grandir sur les prochains matchs. De toute façon, Sainté n'a pas vraiment le choix. L'ASSE n'a pas les moyens d'aller chercher un joueur dans le registre de Romain Hamouma, qui aurait pu tourner autour d'un Krasso ou d'un Wadji. Ce sont aux deux hommes de trouver la solution ensemble ».

La chronique ASSE de Denis Balbir

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité des Verts. Cette semaine, on revient sur l'élimination en Coupe de France et le match décisif à Metz avec le retour attendu de Jean-Philippe Krasso, suspendu lors des trois derniers matchs.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.