FC Barcelone, PSG : le Barça oublie Neymar et fait une annonce terrible sur Messi et l'avenir
Lionel MessiCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
VERITE RADICALE

FC Barcelone, PSG : le Barça oublie Neymar et fait une annonce terrible sur Messi et l'avenir

Le FC Barcelone est ramené à la réalité de manière violente en raison de sa situation économique. Que ce soit sur les dossiers Neymar, Messi ou les finances.

C'est une période difficile que traverse le FC Barcelone et ce n'est pas la période actuelle, pleine de promesses en raison des élections présidentielles à venir, qui change concrètement les choses. Le club blaugrana est en grosse difficulté économique et l'actuel président du comité directeur des Blaugranas, Carles Tusquets, qui a pris les rênes du club après le départ du président Bartomeu, l'a expliqué de manière très claire à RAC1.

Le dirigeant a en effet lâché une bombe en annonçant que le club ne pourrait pas honorer des versements prévus au joueurs en janvier. « Les joueurs ne seront pas payés en janvier. Normalement, ils ont deux paiements en janvier et en juillet, mais cette année, ils ne toucheront rien en janvier. Ç’a été décalé, tout comme d’autres bonus qui étaient prévus, dont les primes de titres. La situation économique du club est préoccupante, mais il y a de l’espoir ».

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU FC BARCELONE

La vente de Messi était souhaitable

Carles Tusquets a ensuite parlé des cas particuliers avec des annonces fortes. En estimant tout d'abord que la vente de Lionel Messi, l'été dernier, aurait été fortement souhaitable pour les finances du club. « Il aurait été souhaitable de vendre Messi. La Liga exige des limites de salaires. Mais je suppose qu'il y avait un staff technique à consulter sur le sujet, » a confié le dirigeant.

Enfin, Tusquets a assuré que dans les conditions financières actuelles, embaucher Neymar relevait tout simplement de la mission impossible. « S'il est gratuit, il pourrait être envisagé. Sinon, il n'y a pas d'argent pour finaliser un tel transfert. A moins qu'un nouveau président ne vienne avec un miracle, » conclut Tusquets.