Mickaël Landreau porte le Collectif Nantais
Mickaël Landreau porte le Collectif NantaisCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
DIRECTION

FC Nantes : le Collectif Nantais sort du silence et prend une position inattendue

Devant le projet alternatif de l’association « À la Nantaise », le Collectif Nantais est sorti du silence pour faire passer un message rassurant aux supporters du FC Nantes. Un message qui laisse toutefois pantois.

Zapping But! Football Club FC Nantes : top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire en Ligue 1

On se bouscule pour prendre la suite de Waldemar Kita à la tête du FC Nantes. Après le Collectif Nantais, candidat déclaré à la reprise du club avec une offre qui pourrait être formulée d’ici à la fin de l’année civile, l’association « À La Nantaise » a tenté de rassembler pour créer un projet alternatif.

Si celui-ci n’a pour l’instant pas réuni tous les suffrages au sein de la communauté nantaise, son action ne semble pas trop perturber le projet porté par Mickaël Landreau... qui en ressort même consolidé. Le CN a ainsi publié un message sur son compte Twitter dans la matinée, ce qu’il n’avait plus fait depuis l’été dernier !

« Rien n'est saboté »

« Le Collectif Nantais avance avec la volonté de rassembler en vue d’honorer l’histoire du FC Nantes et de construire l’avenir. Toutes les bonnes volontés déclarées sont rencontrées et se voient proposer de rejoindre notre initiative, peut-on lire sur le message en question. Nous sommes heureux de constater l’enthousiasme autour de notre démarche pour soutenir l’institution du FCN. »

Toutefois, cette sortie peut surprendre les supporters du FC Nantes. « Etrange prise de position. Le CN vous a refusé des interviews ? Rien n'est saboté. On donne beaucoup trop de visibilité au projet embryonnaire d'ALN », a analysé Emmanuel Merceron, fidèle supporter du FC Nantes.

Pour résumer

Devant le projet alternatif de l’association « À la Nantaise », le Collectif Nantais est sorti du silence pour faire passer un message rassurant aux supporters du FC Nantes. Un message sur Twitter qui laisse toutefois pantois.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert