Waldemar Kita (FC Nantes)
Waldemar Kita (FC Nantes)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
ENFUMAGE ?

FC Nantes : le dernier caprice de Kita rend les supporters furax

Waldemar Kita, qui entend délocaliser le centre d’entraînement du FC Nantes à Vair-sur-Loire, a encore trouvé le moyen d’agacer au plus haut point les supporters des Canaris.

Zapping But! Football Club FC Nantes : le palmarès complet des Canaris

Le dossier de la délocalisation du centre d’entraînement a pris de l’épaisseur ces derniers jours au FC Nantes. Waldemar Kita aurait en effet eu un coup de cœur pour une parcelle de 35 hectares à Vair-sur-Loire avec deux points positifs : la proximité avec l’aérodrome où il se rend régulièrement et le moyen parfait pour afficher sa rivalité avec Johanna Roland... qui a mis fin au projet YelloPark.

Devant Ali Rebouh et Maurice Perrion, Kita a ainsi présenté lundi soir à la Beaujoire son nouveau projet d’un montant compris entre 20 et 30 millions d’euros. De son côté, le maire de Vair-sur-Loire Éric Lucas a annoncé que le centre d’entraînement du FC Nantes serait « en très bonne voie », ce qui semble mettre les supporters du FC Nantes en émoi. Emmanuel Merceron explique son agacement.

« À ce jour, Kita n’a laissé aucune trace au FC Nantes, peste l’insider sur Twitter. S’il fait son centre, il aura définitivement marqué son passage. Le club ne doit pas déménager plus proche d’Angers que de Nantes pour un caprice PERSONNEL. Il faut expliquer aux élus du pays de Vair-sur-Loire, que non, il n'y aura pas d'explosion économique ni de dynamisme éco si un jour le projet de centre d'entrainement du FC Nantes arrive chez eux. Heureusement ce projet reste très très flou, mais l'enfumage des élus doit cesser. Leur mettre les $ dans les yeux en parlant de retombées économique, c'est une fumisterie. »

Pour résumer

Waldemar Kita, qui entend délocaliser le centre d’entraînement du FC Nantes à Vair-sur-Loire, a encore trouvé le moyen d’agacer au plus haut point les supporters des Canaris, qui ne semblent pas croire à un tel projet de relance.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert