ASSE, PSG, OM, OL, LOSC, Stade Rennais, Girondins, OGC Nice : un pactole inespéré va tomber !
Pablo Longoria (OM)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
FINANCES

ASSE, PSG, OM, OL, LOSC, Stade Rennais, Girondins, OGC Nice : un pactole inespéré va tomber !

La répartition des droits internationaux (72,5 M€) a été sensiblement modifiée en raison de l’annulation du contrat Mediapro mais certains clubs sont mieux lotis que d’autres.

Zapping But! Football Club Top 10 : les joueurs les plus fidèles en Ligue 1

Le feuilleton à tiroirs Mediapro refait surface mais pas forcément en mal. Dans son édition du jour, L’Équipe rappelle que la répartition des droits internationaux (72,5 M€) a été sensiblement modifiée en raison de l’annulation du contrat signé avec le groupe sino-espagnol.

Celui-ci avait été décidé il y a quelques mois qu’en contrepartie d’une répartition plus égalitaire des droits télé nationaux entre les clubs de L1, les clubs européens percevraient davantage d’argent sur les droits internationaux. Désormais, 6,5 M€ sont d’abord répartis dans un pot commun (81 % pour la L1 et 19 % pour la L2).

Neuf clubs mieux lotis en L1

Les 66 autres millions d’euros vont directement à la L1 selon les modalités suivantes : 20 M€ répartis à égalité entre les onze derniers du classement de L1 ; 46 M€ pour les neuf premiers clubs français (contre 60 M€ dans le précédent accord) au classement UEFA : PSG, Lyon, Marseille, Monaco, Saint-Étienne, Lille, Bordeaux, Rennes et Nice.

La répartition de ces 46 M€ se fait selon des critères de notoriété identiques aux droits nationaux et n’est pas détaillé par le quotidien sportif. Tout juste que ce club des 9 est mieux loti que tous ses autres compères de L1, ce qui est déjà une petite victoire quand on se rappelle le fiasco Mediapro.

Pour résumer

La répartition des droits internationaux (72,5 M€) a été sensiblement modifiée en raison de l’annulation du contrat Mediapro mais certains clubs sont mieux lotis que d’autres. Un club des neuf sort ainsi du lot et peut voir l'avenir plus sereinement.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert