Pierre Ferracci
Pierre FerracciCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
VIOLENCES

Paris FC – OL : le président parisien accuse les Lyonnais et dénonce des complices

Invité de Rothen s'enflamme ce lundi sur RMC, le président du Paris FC Pierre Ferracci est revenu sur les incidents du match de Coupe de France contre l'OL vendredi.

Zapping But! Football Club Bordeaux, PSG, OM, OL, ASSE : le top 10 des meilleurs buteurs de Ligue 1 en activité

« Je ne crois pas qu'il y ait eu de problèmes sur les fouilles. Il m'arrive aussi de rentrer dans d'autres stades importants, le Stade de France ou le Parc des Princes avec le même sentiment que le palpage n'est pas parfait », a commencé par expliquer Pierre Ferracci. Ce lundi sur RMC. Mais le président du PFC a précisé qu'il avait prévu de porter plainte contre des "complices", qui auraient aidé à faire entrer "des objets contondants" dans l'enceinte du stade Charléty...

« Chez nous, il y avait 250 stadiers. Côté lyonnais, il y en avait dix »

"Quand il y a des complices, il y a des choses dangereuses qui vont rentrer dans le stade", a-t-il expliqué, avant d'ajouter : "le club visiteur est responsable de la sécurité du parcage visiteur. Chez nous, il y avait 250 stadiers. Je précise que la sécurité a été assurée pour les familles et les enfants. Côté lyonnais, on nous avait annoncé quinze stadiers. Finalement, il y en avait dix. Mais les Lyonnais nous ont dit que tout était sous contrôle". Quant aux supporters du PSG présents dans les tribunes du stade Charléty qui ont été impliqués dans les affrontements avec les Lyonnais, Pierre Ferracci a a eu ces mots : « Quelques supporters parisiens, exclus du Parc des Princes, ont été identifiés par la police. Comment voulez-vous empêcher ces ex-supporters du PSG de rentrer ? »

 

Pour résumer

Invité de Rothen s'enflamme ce lundi sur RMC, le président du Paris FC Pierre Ferracci est revenu sur les incidents du match de Coupe de France contre l'OL vendredi. Il dénonce des "complices", qui auraient aidé à faire entrer "des objets contondants" dans l'enceinte du stade Charléty...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS