Raymond Domenech
Raymond DomenechCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
ANNONCE

OM, FC Nantes : la prédiction cinglante de Domenech sur Guendouzi avec les Bleus

Mattéo Guendouzi (OM, 22 ans), qui a eu l'audace de piquer le public du Parc des Princes cette semaine, a eu un retour de bâton cinglant hier soir avec les Bleus. Raymond Domenech l’avait senti venir.

Zapping But! Football Club Olympique de Marseille : La question de la semaine

Sélectionné par Didier Deschamps pour les derniers matchs des éliminatoires de la coupe du Monde 2022, Mattéo Guendouzi a détonné cette semaine en conférence de presse. « J’aurais préféré jouer au Stade de France, c’est sûr ! Le Parc des Princes c’est le stade du PSG », a assuré le milieu de terrain de l’OM.

Le résultat n’a pas manqué puisque l’intéressé a été copieusement sifflé hier soir à l’annonce des compositions d’équipe face au Kazakhstan (8-0). Raymond Domenech avait senti le coup venir dès les paroles de Guendouzi (22 ans) aux médias.

« Il n’a pas pris la dimension de ce qu’est l’équipe de France, avait-il déclaré avant la rencontre des Bleus. Avec ce qu’il vient de faire là, pour ceux qui n’y ont pas pensé et qui vont prendre place dans la tribune Auteuil du Parc des Princes samedi, il va se faire allumer et se faire cibler. S’il l’a dit sciemment, c’est de la personnalité. Sinon, c’est encore une communication royale. Mais du côté marseillais, ils lui vont faire une statue. Il revendique son côté marseillais alors qu’il est en équipe de France. »

Ce dimanche, le Portugal reçoit la Serbie à Lisbonne dans une finale pour la qualification à la Coupe du Monde de la zone Europe. Venez parier chez France Pari. La cote de la Seleçcao est à 1,40 contre 4,10 le nul et 6,50 pour la formation des Balkans.

Pour résumer

Mattéo Guendouzi, qui a eu le malheur de piquer le public du Parc des Princes et les supporters du PSG cette semaine en conférence de presse, a eu un retour de bâton qu’il méritait hier soir. Raymond Domenech l’avait senti venir.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert