par Laurent HESS
AVENIR

ASSE : la vente du club continue de faire débat chez les Verts

« Croyez-vous à une vente de l'ASSE d'ici la fin de la saison ? » : tel est notre débat de la semaine chez les Verts...

Zapping But! Football Club ASSE : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Non

« Cette vente ressemble à un grand bluff depuis longtemps... J'avais expliqué dans ces colonnes que le communiqué annonçant des changements à venir quelques minutes après la relégation en L2, à l'initiative de Bernard Caiazzo et Roland Romeyer, avait l'objectif de calmer un peu la colère des supporters, mais qu'il était sans réels fondements, David Blitzer n'ayant jamais vraiment été sur le point de racheter le club. L'Américain s'était rendu compte que les chiffres de son propre audit n'étaient pas ceux donnés auparavant par la data room, et la relégation en L2 aura fini par le dissuader d'aller plus loin dans ses démarches. Il vient d'ailleurs de racheter Brondby, au Danemark. Et l'ASSE ? Six mois après le fameux communiqué des actionnaires, alors que le club est à présent dans les bas fonds de la L2, c'est le calme plat. Caiazzo aurait signé un accord sans réelle valeur (vu qu'il est lié par un pacte d'actionnaires avec Romeyer), s'engageant à vendre à hauteur de 30 M€ à Jean Lecler et son obscur projet de tokenisation. Des rumeurs ont aussi vu le jour le mois dernier sur une vente imminente à des Américains. Du vent, encore une fois... Au grand dam de tout un peuple, rien ne bouge. On ne voit toujours rien venir, y compris KPMG qui selon nos informations n'a plus reçu le moindre dossier de candidature depuis le printemps dernier. L'ASSE ne semble donc pas prête d'être vendue, avec une situation sportive et financière qui a de quoi en refroidir plus d'un.»

Laurent HESS


 

Les présidents vont-ils encore avoir le choix ?

« Si Bernard Caïazzo et Roland Romeyer ont pu temporiser et dire non à l'américain David Blitzer (ainsi qu'à d'autres (comme Olivier Markarian), c'est surtout que la LFP – via la protection aux clubs relégués et aux dotations de CVC – leur a envoyé une bouée de sauvetage pour un an. Le tandem d'actionnaires n'avait cependant pas d'autres plans B que de tondre le mouton au maximum sur les ventes, bénéficier d'une manne salutaire grâce à des joueurs formés au club (l'improbable vente de Wesley Fofana devenu le défenseur le plus cher de l'histoire) et surtout remonter directement en Ligue 1 pour se prémunir de soucis futurs. Or, on le sait désormais, l'ASSE évoluera en deuxième division pour au moins deux saisons... Et le financement de la deuxième année s'annonce épique avec les mêmes dirigeants.

De par sa structure et son nombre important de salariés, l'AS Saint-Etienne a toujours un train de vie de Ligue 1. Train de vie que Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ne pourront pas assumer seuls à compter de la saison 2023-24. Je pense que les deux hommes, pris à la gorge dès le début de l'année 2023, seront contraints de baisser leur prix. Ce que je redoute surtout, c'est que Sainté se retrouve avec un actionnaire vautour ou un fond d'investissements choisi par défaut. »

Alexandre CORBOZ

Pour résumer

« Croyez-vous à une vente de l'ASSE d'ici la fin de la saison ? » : tel est notre débat de la semaine chez les Verts... Laurent Hess ne croit pas à une vente rapide du club alors qu'Alexandre Corboz estime que les présidents n'ont plus vraiment le choix...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.