Roland Romeyer et Bernard CaiazzoCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
SERPENT DE MER...

ASSE : toujours le statu quo pour la vente du club !

La vente de l'ASSE semble toujours autant dans l'impasse. Et les deux actionnaires restent silencieux...

Zapping But! Football Club ASSE : La stratégie de Batlles est-elle la bonne ?

Notre site avait fait l'écho, début octobre, d'une rumeur faisant état de contacts entre Bernard Caiazzo et de nouveaux investisseurs. Cette rumeur annonçait des discussions avancées avec un groupe d'investisseurs américains. Certaines sources laissaient entendre qu'un accord avait été trouvé et que le vente de l'ASSE serait actée dans des délais très brefs, sous quinzaine. Pourtant, alors que le mois d'octobre va se terminer, toujours rien... Ce qui laisse à penser à un nouvel écran de fumée, un de plus. La volonté de se retirer du président du conseil de surveillance semble pourtant réelle. De plus en plus. Caiazzo vit à Dubaï. Il n'est plus venu à Saint-Etienne depuis deux ans et a déjà renoncé à ses fonctions au sein des instances. Avec le temps, il s'engage de plus en plus activant du côté des Emirats, où il va présider un congrès international le mois prochain, et où il aurait créé une nouvelle entreprise. Sa vie est désormais là-bas, au près de sa compagne, loin de Saint-Etienne et de l'ASSE.

Un nouvel investisseur US, un accord « bidon » avec Blockapital... tout reste flou

Révélé par Poteaux Carrés, le projet mené par Blockapital et son propriétaire français, Jean Lecler, qui dit résider entre Paris, la Suisse et Dubaï, sur la page de présentation de sa société, reste flou lui aussi. Blockapital, un acteur de l'investissement immobilier par tokenisation, souhaiterait une levée de fonds de 100 M€ pour racheter le club, via 1 million de jetons (token) de 100€. « Cette levée de fonds est prévue jusqu'à la fin du mois de décembre 2022 et doit permettre le rachat des parts, le remboursement de la dette, l'investissement sur le marché des transferts, la trésorerie, la gestion du centre de formation et des féminines... », annonçait Poteaux Carrés. Blockapital débarquerait avec la volonté de faire du trading, ce que ne cachait pas Jean Lecler sur son site avant de retirer le passage lié à son intérêt pour l'ASSE. Difficile d'y voir clair, là encore, et des doutes accompagnent le sérieux de l'affaire sur de nombreux points, à commencer par la page de présentation de Blockapital, pour le moins surprenante, et le fait que la société ait été créée en juin 2022 avec un capital de 300 € ! Pour autant, l'intérêt de Blockapital est réel et un accord aurait déjà été signé entre Lecler et Caiazzo sur les modalités de l'opération de tokenisation. L'accord porte sur une vente à hauteur de 30 M€, mais Bernard Caiazzo est lié à Roland Romeyer par un pacte d'associés et l'absence de la signature du président du Directoire rendrait l'accord sans réelle valeur... Selon nos informations, le cabinet d'audit KPMG, chargé de surveiller la crédibilité des candidats, n'a quant à lui plus aucun dossier à étudier depuis cet été et la fin des discussions avec David Blitzer.

Les Magic Fans ont encore taclé Caiazzo et Romeyer

En début de semaine dernière, les Magic Fans ont déployé une nouvelle banderole anti direction à L'Etrat : « Pour communiquer des illusions sur l’avenir du club ? 11 minutes seulement ! Pour communiquer sur la descente aux enfers du club ? Le néant ! ». Avant d'ajouter une deuxième banderole, jeudi dernier : « C’est l’histoire d’un club mythique qui tombe d’une division. Les dirigeants, au fur et à mesure de la chute se répètent sans cesse pour rassurer : « jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien » MAIS L’IMPORTANT C’EST PAS LA CHUTE, C’EST L’ATTERRISSAGE ». Une référence au film « La Haine ».

Pour résumer

Ll'intérêt de Blockapital est réel et un accord aurait déjà été signé entre Jean Lecler et Bernard Caiazzo sur les modalités de l'opération de tokenisation. L'accord porte sur une vente à hauteur de 30 M€, mais Bernard Caiazzo est lié à Roland Romeyer par un pacte d'associés et l'absence de la signature du président du Directoire rendrait l'accord sans réelle valeur... Selon nos informations, le cabinet d'audit KPMG, chargé de surveiller la crédibilité des candidats, n'a quant à lui plus aucun dossier à étudier depuis cet été et la fin des discussions avec David Blitzer.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.