Amine HaritCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

OM - L'oeil de Denis Balbir : « Un essoufflement de l'équipe contre Lens »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Cette semaine, on revient sur la troisième défaite de suite de l'OM samedi sur sa pelouse face à Lens (0-1).

Zapping But! Football Club Top 10 : les footballeurs les plus suivis sur les réseaux sociaux

« Pour la troisième fois de rang, pour la deuxième fois en trois matchs à domicile, l'OM s'est incliné samedi soir face à Lens (0-1). Après la rencontre, Igor Tudor était très en colère, estimant que son équipe ne devait jamais perdre. J'espère qu'il s'en voulait aussi à lui-même et à ses changements inopportuns. Coïncidence ou pas, la défaite est arrivée au moment où Igor Tudor a fait son turn-over...

Contre Lens, on a assisté à un essoufflement de l'équipe. Est-ce vraiment étonnant quand on voit tout ce que certains joueurs ont donné cette saison ? Quand on sait ce que Mattéo Guendouzi est capable de faire et ce qu'il a donné face à Lens samedi soir (c'est-à-dire pas grand chose), on voit que certains sont en train de plonger physiquement. L'OM est retombé dans des travers qu'on lui connaissait sur le début de saison, quand on était encore un peu sceptique sur Tudor. La défaite de samedi prouve que la stratégie ne peut pas marcher sur tous les tableaux. Cela montre que l'effectif est un peu juste et que les efforts demandés ne pourront pas être toujours répétés.

Même si on est très tôt dans la saison, on voit quand même un schéma se dessiner en Ligue 1. On attendait l'OM mais les vrais dauphins du PSG cette saison seront sans doute Lens ou Rennes. D'un côté, on a des Sang et Or avec une philosophie de jeu et qui ne jouent pas l'Europe. De l'autre, on a le Rennes de Bruno Genesio qui a un effectif pour jouer sur plusieurs tableaux. Marseille arrive un cran derrière dans la régularité même si les dernières prestations européennes et le Classico nous avaient laissé quelques espoirs...

« Pour moi, les banderoles étaient indélicates par rapport à l'entraîneur et aux joueurs »

Après OM – Lens, j'ai quand même été surpris de voir une banderole « Mouillez le maillot ou cassez-vous » déjà fleurir dans les Virages du Vélodrome. Je pense que le public marseillais est trop exigeant et beaucoup trop impatient. Autour de l'OM, on est dans l'excès tout le temps : Igor Tudor était un génie, aujourd'hui certains pensent déjà à le mettre à la poubelle... Comme je le dis à longueur de chroniques, Igor Tudor fait de bonnes choses et d'autres moins bonnes. Il n'est pas à descendre en flèche comme il n'était pas à encenser outre mesure. Il compose avec une philosophie très exigeante pour les organismes et ses joueurs ne sont pas des machines. On ne peut pas tout remettre en question tout le temps. Pour moi, les banderoles étaient indélicates par rapport à l'entraîneur et aux joueurs. Vous n'allez quand même pas me dire que des joueurs comme Guendouzi, Tavares ou Clauss ne mouillent pas le maillot ou se cachent ? Oui, certains peuvent avoir un trou physiquement ou être fatigués mais ça peut aussi revenir...

Pour finir sur cet OM – Lens, un dernier mot sur Brice Samba. On dit souvent que les attaquants marquent contre leurs anciens clubs mais cela marche aussi avec les gardiens. Depuis de longues années, on connait la valeur de Brice Samba, qui a longtemps été le numéro 2 de Steve Mandanda à l'OM et qui brille actuellement avec Lens. Samedi, il était encore transcendé et il a montré qu'à 28 ans, il est désormais une valeur sûre de Ligue 1. »

La chronique OM de Denis Balbir

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Cette semaine, on revient sur la troisième défaite de suite de l'OM samedi sur sa pelouse face à Lens (0-1). Notre consultant décèle un vrai creux physique préjudiciable aux Olympiens.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.