FC Nantes : l'effet Kombouaré déjà voué à l'échec chez les Canaris ?Lancer le diaporama
FC Nantes : le calendrier de fin de saison des Canaris en Ligue 1
+10
Antoine KombouaréCredit Photo - Icon Sport
LANCER LE DIAPORAMA
par Alexandre Corboz
ETUDE

FC Nantes : l'effet Kombouaré déjà voué à l'échec chez les Canaris ?

Si Antoine Kombouaré a accepté sa mission de sauver le FC Nantes de la relégation, le Kanak se retrouve face à un projet très compliqué... Et les études statistiques ne vont pas dans son sens.

Zapping But! Football Club FC Nantes : les joueurs en fin de contrat en 2021

Chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Luc Arrondel s'est intéressé sur les changements d'entraîneurs en Ligue 1 sur la période 1998-2018. Dans les colonnes de Ouest-France, l'intéressé a livré les conclusion de ses études statistiques... Et elles ne sont pas franchement engageantes pour le FC Nantes, qui a déjà consommé quatre entraîneurs différents cette saison (Gourcuff, Collot, Domenech, Kombouaré).

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

Le changement de coach, un intérêt sur cinq matchs ?

« Il y a beaucoup d’études sur l’impact du licenciement de l’entraîneur de football sur les performances, notamment des études comparables à la nôtre sur des championnats étrangers. La plupart concluent à une absence d’effet en cours de saison », analyse l'intéressé qui confirme que cette tendance s'exporte en Ligue 1 : « La seule légère amélioration observée se révèle sur les performances à domicile, lors des cinq matches qui suivent les changements d’entraîneur. Il y a alors un léger effet positif, mais c’est plus un effet de l’impact des supporters sur les joueurs que de l’entraîneur ».

Waldemar Kita invité à se montrer plus patient

Pour Luc Arrondel, l'entraîneur est surtout un fusible facile : « Je ne sais pas si c’est conscient ou inconscient de la part des présidents. Eux, croient peut-être que cela va améliorer les performances. Il y a d’autres raisons. Vous avez cité le choc psychologique, c’est sans doute nécessaire pour régler des problèmes de vestiaire. mais vous avez surtout la théorie du « bouc émissaire ». Lorsqu’il y a un mécontentement des supporters ou des actionnaires, l’entraîneur sert de bouc émissaire pour calmer les esprits ».

Supporter du FC Nantes, le chercheur conclut par un conseil à l'impulsif Waldemar Kita : « Notre étude peut avoir un intérêt pour les présidents, c’est de leur montrer qu’ils n’ont pas intérêt à trop changer d’entraîneurs. Ils ont plus intérêt de choisir les bons entraîneurs au moment de la constitution des effectifs, en début de saison, pour avoir un projet de jeu à plus long terme. Changer d’entraîneur au cours de saison sans arrêt n’est pas ça qui fait évoluer les choses ».

Albums Photos