FC Nantes : un détail accablant a accéléré la mise à l’écart d’Augustin
Jean-Kévin Augustin (FC Nantes)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
À LA TRAÎNE

FC Nantes : un détail accablant a accéléré la mise à l’écart d’Augustin

Si Antoine Kombouaré a voulu resserrer le groupe du FC Nantes avec le déclassement de trois joueurs en réserve, Jean-Kévin Augustin semblait de facto dans la charrette. Explications.

Zapping But! Football Club FC Nantes : la rétrospective de l'année 2020 des Canaris

L’annonce est tombée hier en fin de matinée : le coach du FC Nantes Antoine Kombouaré a décidé de déclasser Bridge Ndilu et Thomas Basila, Jean-Kévin Augustin en réserve jusqu’au terme de la saison. Cette décision peut choquer mais s’explique par l’ambition du Kanak de resserrer son groupe et de ne compter que sur les joueurs qu’il estime aptes à l’aider dans l’opération maintien.

« Je suis arrivé ici il y a dix jours, et c’est ce que j’a dit à mes joueurs. ‘J’ai dix jours pour travailler avec vous, observer quels sont les points forts et les faiblesses.’ Aujourd’hui, j’ai pris la décision de réduire mon groupe, d’intégrer des jeunes, a-t-il clarifié au micro de beIN SPORTS. Partir avec un groupe que j’estime capable d’aller chercher le maintien. Mon métier, c’est de faire des choix. Je n’ai pas écarté les autres joueurs, c'est pour les mettre avec la réserve du FC Nantes pour voir comment ils réagissent avec le centre de formation. »

VOIR AUSSI TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

Augustin systématiquement en queue de peloton

Kombouaré n’a peut-être pas tout dit au sujet d’Augustin. Comme Raymond Domenech avant lui, l’intéressé a pu constater dès sa première séance d’entraînement combien l’ancien attaquant du PSG était loin du niveau requis. Selon L’Équipe, les données GPS des séances, au cours des derniers mois, confirmaient l’impression visuelle : « JKA » figurait systématiquement en queue de peloton, donnait le change sur les petits espaces mais était incapable de suivre la cadence quand les distances s’allongeaient. Sa mise à l’écart semblait donc inévitable.