Nasser Al-KhelaïfiCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
JUSTICE

PSG : les affaires s'accumulent, Nasser Al-Khelaïfi envoie ses avocats au front !

Son nom étant ressorti dans plusieurs affaires embarrassantes de trafic d'influence, Nasser al-Khelaïfi s'est défendu par le biais de ses avocats.

Zapping But! Football Club TOP 10 des meilleurs buteurs de Ligue 1 Uber Eats

Victime de lourdes accusations à quelques semaines de la Coupe du Monde au Qatar, Nasser al-Khelaïfi a décidé de se défendre. En effet, le président du PSG a rétorqué par le biais de ses avocats aux dernières révélations le concernant.

« En réponse aux reportages des médias en France concernant les enquêtes en cours contre trois individus pour des activités illégales potentielles, nous confirmons catégoriquement et absolument que cela n'a rien à voir avec Nasser Al-Khelaïfi ».

Accusé de trafic d'influence dans le dossier d'obtention de la Coupe du Monde mais également sur d'autres affaire en lien avec le PSG, le boss de beIN Sports a aussi été mis en avant par Libération pour un dossier plus personnel.

L'affaire Tayeb B., l'autre épine dans le pied de Nasser Al-Khelaïfi

En effet, l'un des accusés – un lobbyiste du nom de Tayeb B. - aurait expliqué aux enquêteurs avoir été détenu à Doha avant de subir divers sévices (privations de sommeil, menaces de mort, simulacres de tabassage) car il possédait des documents compromettants sur Nasser al-Khelaïfi. Du côté du Qatar, on affirme au contraire que l'homme tentait de faire chanter « NAK » sur des informations d'ordre privée. «Cet homme a été placé en détention par un magistrat qatari pour attente à la sûreté de l’Etat car il a essayé de vendre les infos dont il disposait aux Emirats Arabes Unis, pays ennemi du Qatar, qui entre parenthèse n’en a pas voulues, preuve que celles-ci n’étaient pas forcément explosives et ne concernaient en rien l’organisation de la Coupe du Monde », avance une source au Parisien.

Dans les enquêtes françaises, trois hommes (deux policiers, en plus du fameux Tayeb B.) ont été déférés au tribunal judiciaire après avoir été entendu pendant trois jours dans les locaux de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Al-Khelaïfi contre-attaque

Son nom étant ressorti dans plusieurs affaires embarrassantes de trafic d'influence, Nasser al-Khelaïfi s'est défendu par le biais de ses avocats. Le président du PSG n'entend pas se laisser salir dans une affaire qu'il estime ne pas le concerner...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.