Pierre Ménès
Pierre MénèsCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
ANALYSE

PSG : Pierre Ménès apporte un bémol après Bruges et fait redescendre Messi sur terre

Pierre Ménès a livré son analyse de la large victoire du PSG contre Bruges mardi au Parc des Princes en Ligue des champions (4-1). Lionel Messi, auteur d’un doublé, est bite redescendu de son petit nuage.

Zapping But! Football Club PSG : top 10 des valeurs marchandes des Parisiens

Le PSG a rassuré hier en s’imposant largement contre Bruges (4-1). Dans un match sans enjeu, les hommes de Mauricio Pochettino ont néanmoins montré qu’ils savaient jouer en équipe et que l’association entre Kylian Mbappé et Lionel Messi pouvait fonctionner (un doublé chacun).

Problème : le PSG a baissé de pied en seconde période en jouant le plus souvent sur un rythme de sénateur. « Comme cela lui arrive trop souvent, Paris a arrêté de jouer. Cela ne date pas de cette saison qu’on déplore cette incapacité des Franciliens à enfoncer le clou, à mettre une tôle à son adversaire, analyse Pierre Ménès sur son blog. La fragilité défensive, si elle n’est pas réglée, sera tôt ou tard rédhibitoire au niveau européen. »

L’ancien consultant de Canal+ en a profité pour calmer l’euphorie ambiante autour de Messi. « Messi y est allé de son doublé en transformant un penalty pour une faute qu’il avait lui-même subie, ce qui porte son total à 5 buts en 6 matchs de LDC, a-t-il ajouté. Un score tout à fait correct, mais c’est en championnat que l’Argentin n’y arrive pas. Sur ce match, sans dire qu’il a été flamboyant, on a quand même vu du mieux, dans ses prises de balles notamment. Il s’est également moins fait bouffer physiquement. Mais voilà, globalement il y avait du mieux, certes, mais c’était encore un match inabouti pour le PSG. Et il faudra certainement faire beaucoup mieux dimanche face à Monaco… »

Pour résumer

Pierre Ménès a livré son analyse de la large victoire du PSG contre Bruges mardi au Parc des Princes en Ligue des champions (4-1). Lionel Messi, auteur d’un doublé hier soir, est rapidement redescendu de son petit nuage...

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert